Don't Miss

Guinée Equatoriale: le procès de Obiang Mangue s’ouvre à Paris

By on January 2, 2017

Le procès de Teodoro Nguema Obiang Mangue dit Teodorín, dont les dates ont été fixées fin octobre, doit s’ouvrir ce lundi 2 janvier et durer jusqu’au 12 janvier.

Le fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un patrimoine considérable en France, doit être jugé à partir de ce lundi 02 janvier 2017 à Paris. C’est le premier procès en France dans l’affaire dite des Biens mal acquis.

Teodorin Obiang, 47 ans, est actuellement le… vice-président de la Guinée Equatoriale. Il est poursuivi devant le tribunal correctionnel de Paris pour blanchiment d’abus de biens sociaux, détournement de fonds publics, abus de confiance et corruption.

Selon son avocat, Teodorín Obiang « a toujours dit qu’il a[vait] gagné légalement son argent dans son pays », et est « innocent des faits qu’on lui reproche ».

Le patrimoine de Teodorín Obiang en France, mis à jour par les enquêteurs, est considérable: immeuble avenue Foch, dans l’un des quartiers les plus huppés de Paris, dont la valeur est estimée à 107 millions d’euros, voitures de luxe et de sport.

L’affaire des biens mal acquis démarre en 2007. L’organisation CCFD-Terre Solidaire sort un rapport explosif dans lequel elle liste les avoirs présumés, détournés par plus de 30 dirigeants de pays en développement ou par leurs proches. L’enquête, ouverte après des plaintes des associations Sherpa et Transparency International, avait mis au jour le patrimoine considérable de Teodorin Obiang: immeuble avenue Foch, dans l’un des quartiers les plus huppés de Paris, estimé à 107 millions d’euros, voitures de luxe et de sport (Porsche, Ferrari, Bentley, Bugatti).

Pour échapper à la justice, Teodorín Obiang a multiplié les voies de recours. Mis en examen en 2014, il a essayé en vain de faire annuler les poursuites à son encontre, invoquant son statut de deuxième vice-président de Guinée équatoriale. Ce titre, selon lui, devait lui octroyer une immunité.

Selon les réquisitions du parquet français, 110 millions d’euros sont venus créditer le compte de Teodorin Obiang, en provenance du Trésor public équatorien entre 2004 et 2011.

Un procès pour l’exemple car il y a très peu de chance pour que Teodorin Obiang se présente physiquement à l’audience.

La justice française enquête par ailleurs sur les patrimoines bâtis en France par les familles de plusieurs autres dirigeants africains, celle de Denis Sassou Nguesso (Congo), d’Omar Bongo (Gabon) ou encore du président centrafricain déchu François Bozizé.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.