Don't Miss

Congo: début de l’élection présidentielle

By on March 20, 2016

Le gouvernement a coupé totalement les communications pendant 48 heures, officiellement pour empêcher la publication de résultats “illégaux”.
C’est aujourd’hui que les congolais votent pour élire le nouveau président de la République. Un choix qui intervient alors que le président Denis Sassou Nguesso est en lice face à huit candidats.
Mais la tension est grande dans le pays, après l’annonce du gouvernement de couper totalement les communications pendant 48 heures, officiellement pour empêcher l’opposition de publier des résultats “illégaux”.
Selon les autorités, la décision de couper toutes les télécommunications (téléphone, internet, SMS) dans le pays dimanche et lundi a été prise “pour des raisons de sécurité et de sûreté nationales”. Denis Sassou Nguesso cumule plus de… 32 ans au pouvoir à la tête du Congo, petit état producteur de pétrole d’Afrique centrale peuplé de 4,5 millions d’habitants,
Cinq candidats d’opposition estiment que les conditions ne sont pas remplies pour des élections “sincères, crédibles.
Les cinq candidats du pacte anti-Sassou – Guy-Brice Parfait Kolélas, Jean-Marie Michel Mokoko, Claudine Munari, André Okombi Salissa et Pascal Tsaty Mabiala – ont créé une “commission technique” parallèle pour surveiller le scrutin. L’opposition, qui compte avoir des délégués dans chaque bureau du pays, voulait y photographier à l’aide de téléphones portables les procès-verbaux afin de compiler ses propres résultats et de pourvoir les comparer à ceux publiés au niveau national. La coupure des communications devrait sérieusement limiter sa capacité à le faire, même si le gouvernement certifie que la décision de couper les communications n’entraîne “aucune entrave au vote” et “n’entrave en rien l’accès de l’opposition aux résultats”.

President du Congo de 1979 à 1992 sous le régime du parti unique, Denis Sassou Nguesso était revenu aux affaires par les armes en 1997, avant d’être élu en 2002 et réélu en 2009 lors d’élections contestées par l’opposition. Sa candidature a été rendue possible par un changement de Constitution ayant fait sauter les deux verrous qui l’empêchaient de se représenter.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.