Don't Miss

Sénégal: la candidature de Wade en question

By on January 27, 2012

Au Sénégal, le « M23 » a appelé – en dépit de l’interdiction des autorités – à un grand rassemblement ce vendredi 27 janvier, place de l’obélisque à Dakar. Le Mouvement du 23 juin lance cet appel à manifester alors que le Conseil constitutionnel doit examiner la liste des candidats autorisés à se présenter à l’élection présidentielle, et dire si le sortant, Abdoulaye Wade, est autorisé à être dans la course.
Elu en 2000, réélu en 2007, Abdoulaye Wade a-t-il le droit de briguer une nouvelle fois les suffrages des électeurs ? La Constitution adoptée en 2001 limite effectivement à deux le nombre de mandats présidentiels autorisés – c’est ce qu’elle dit dans son article 27 -, mais cette Constitution a été adoptée après la première élection d’Abdoulaye Wade. Et se pose donc la question de savoir si cette première élection doit être comptée.

Pour une majorité de constitutionnalistes sénégalais, Abdoulaye Wade a d’ores et déjà effectué les deux mandats autorisés. L’article 104 de la constitution de 2001, indique notamment, selon eux, que le compteur a bel et bien commencé à tourner en 2000.

D’autres juristes, notamment des constitutionnalistes français invités à Dakar par le pouvoir, ont estimé de leur côté que cette candidature était recevable. Ils soutiennent que l’article 104 est trop ambigu et que le principe de non rétroactivité de la loi doit continuer à s’appliquer ici.

A l’approche de la réunion du Conseil constitutionnel, Abdoulaye Wade s’est, lui, déclaré sûr de son fait. Sur le ton de la provocation, il a même affirmé au site d’information dakaractu.com, qu’il pourrait en toute légalité non seulement se présenter en 2012 mais aussi en 2019.

RFI.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.