Don't Miss

Comores: les résultats des législatives contestés

By on December 26, 2009

Sur l’île d’Anjouan, pendant trois jours les habitants de la localité de Sima, une ville du sud et fief de l’opposition, ont affronté les forces de l’ordre.

Le bilan est de plusieurs blessés et les dégâts matériels sont importants. Ces affrontements sont nés de la contestation des partisans du candidat Mohamed Djaanfari battu aux élections législatives de mi-décembre.

La ville de Sima en Anjouan est à moitié déserte. Certains habitants ont fui la localité alors que d’autres étaient détenus par la gendarmerie. Actuellement deux personnes sont retenues par la justice. Elles sont considérées comme les responsables des affrontements qui ont opposé les jeunes de cette localité et les forces de l’ordre.

Des affrontements qui ont commencé depuis mercredi, après la proclamation des résultats définitifs des législatives le 20 décembre 2009. Les habitants de Sima estiment que leur candidat est battu par fraude de la mouvance présidentielle. Les jeunes barrent les routes.

La gendarmerie est intervenue et a laissé des traces. Une cinquantaine de personnes ont été arrêtées. La ville a été complètement saccagée. Les forces de l’ordre sont accusées d’avoir pillé des domiciles et des magasins. On estime à plusieurs millions les dégâts opérés dans ce faubourg, fief de l’opposition.

La résidence de l’opposant et député sortant, Mohamed Djaanfari aurait été saccagée. Ce dernier est en fuite. Contacté par téléphone, il dit vouloir rallier Moroni pour porter plainte.

RFI.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.