Don't Miss

Ouganda: violentes manifestations contre le régime

By on September 22, 2017

Des centaines d’étudiants ougandais ont bravé jeudi l’interdiction de la police pour manifester contre la possiblesuppression de la limite d’âge pour être élu président.

Une disposition qui permettrait à l’actuel chef de l’État, Yoweri Museveni, de se représenter en 2021. La Constitution actuelle impose aux candidats à la présidentielle d’être âgés entre 35 et 75 ans.

Yoweri Museveni a affirmé qu’il avait 73 ans, ce qui lui interdit de se présenter en 2021 pour un sixième mandat consécutif.

Les étudiants ont été violemment dispersés par des salves lacrymogènes tirés par des officiers armés, qui ont obligé les jeunes manifestants à se réfugier dans les halls de leurs résidences.

Certains d’entre eux ont été arrêtés. Des opposants politiques ont également été interpellés jeudi, notamment le chef de l’opposition Kizza Besigye, battu quatre fois à la présidentielle par Yoweri Museveni.

Des petites manifestations ont également eu lieu ailleurs dans le pays. À Lira, dans le nord, des manifestants ont placé au milieu d’un carrefour un faux cercueil sur lequel on pouvait lire : « La suppression de la limite d’âge présidentiel est la mort de notre pays ».

Les modifications des Constitutions en Afrique font débat ces dernières années. Bon nombre de chefs d’Etats on trouvé la “parade” pour demeurer ad eternam au pouvoir.
L’actualité du Togo est encore brûlante, et voilà que le président Ougandais se plaît lui aussi à emboîter le pas à sa pairs. Pour rappel, en 2005, le Parlement ougandais avait déjà adopté un amendement pour supprimer la limitation à deux mandats présidentiels, permettant ainsi au chef de l’État de se présenter pour un troisième, quatrième et cinquième mandat.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.