Don't Miss

Gabon: la crise avec l’UE se poursuit

By on September 23, 2017

Le Gabon a dénoncé vendredi un “acharnement” en réagissant à la résolution du Parlement européen appelant Libreville à cesser de “harceler, intimider et persécuter” les opposants.

“Le Gouvernement de la République joint sa voix à celle du Sénat gabonais pour dénoncer cet acharnement que rien ne justifie”, a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement Alain-Claude Bilie-By-Nze.

Mercredi, la présidente d’un groupe dédié aux affaires européennes du Sénat avait dénoncé la « prétention des euro-députés à s’ériger en permanence en donneurs de leçons ».

Vendredi, conférence de presse à Libreville, Zacharie Myboto, président de l’Union nationale (UN), artisan de l’alliance des ténors de l’opposition autour de la candidature de Jean Ping, s’est lui félicité de la résolution du parlement européen.

En decembre dernier, l’Union européenne à travers une mission spéciale, la Mission d’observation électorale (MOE), avait qualifié le scrutin présidentiel gabonais de août 2016 avait été entaché « d’anomalies » qui « mettent en question l’intégrité du processus de consolidation des résultats et du résultat final de l’élection ». Le président Ali Bongo l’avait remporté face à Jean Ping.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.