Don't Miss

Cameroun: la liberté de la presse menacée

By on September 20, 2017

Le Comité de protection des journalistes (CPJ) sort ce mercredi 20 septembre un rapport sur la liberté de la presse. Ce rapport est accablant pour le pays.

Le rapport pointe du doigt la législation antiterroriste camerounaise de 2014. Celle-ci serait utilisée pour museler la presse ou l’opposition.
Au Cameroun, le correspondant camerounais de RFI, Ahmed Abba, est emprisonné depuis 2 ans. Selon Robert Mahoney, directeur adjoint du CPJ : « Il a été accusé d’avoir violé la loi antiterroriste camerounaise et pour nous c’est ça le problème. Parce que c’est une législation antiterroriste qui est utilisée pour imposer le silence aux opposants et réprimer la dissidence au Cameroun (…) Il faut absolument que Bruxelles condamne publiquement les restrictions à l’encontre des journalistes au Cameroun ».

Réagissant aux accusations du CPJ, le ministre de la Communicaiton et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma-Bakary, nie ces accusations et assure que la liberté de presse est totale dans son pays. Sauf que le Cameroun est… en guerre.

Pour lui, les journalistes peuvent dire ce qu’ils veulent pourvu que ce soit conforme à la défense de nos institutions, de notre Etat, de notre gouvernement qui est aujourd’hui en guerre », a-t-il affirmé.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.