Don't Miss

Ouganda: de violents combats font 55 morts

By on November 28, 2016

La police ougandaise a arrêté un monarque local après avoir pris d’assaut son palais, à la suite de violentscombats, qui ont fait 55 morts, ayant opposé les forces de l’ordre à des militants séparatistes qui seraient liés au souverain, a annoncé la police dimanche.

Le roi du Rwenzururu, Charles Mumbere, a été arrêté, ce dimanche 27 novembre 2016, et va être transféré dans la capitale, Kampala. Le porte-parole de la police affirme qu’il va être inculpé pour « incitation à la violence ».
Cette arrestation fait suite à une nouvelle vague de violence qui a éclaté, cette semaine, en Ouganda, dans la région du Rwenzori qui borde la frontière congolaise.

Dans la journée de samedi, quatorze policiers et 41 assaillants ont été « mis hors d’état de nuire », lors de combats qui ont opposé les forces de l’ordre à la garde du souverain du royaume de Rwenzururu et des militants séparatistes, dans la ville de Kasese, a indiqué le porte-parole de la police Andrew Felix Kaweesi, ce dimanche 27 novembre, lors d’une conférence de presse.
Selon ce dernier, une patrouille conjointe de la police et de l’armée ougandaise circulait dans Kasese, à 300 km à l’ouest de Kampala, près de la frontière avec la RD Congo, lorsqu’elle a été attaquée par des membres de la garde royale. « Les assaillants ont lancé une grenade artisanale qui a blessé un soldat, la patrouille a riposté et tué quatre assaillants », a-t-il expliqué. « L’incident a ensuite dégénéré et provoqué des combats dans plusieurs quartiers dans la soirée », a-t-il ajouté.

Le président Yoweri Museveni a appelé le roi Charles Wesley Mumbere dimanche et lui a ordonné de démanteler la garde royale, qui ferait partie d’une milice liée à un mouvement prônant la création d’une “république de Yiira” sur la zone frontalière entre l’ouest de l’Ouganda et une partie du Nord-Kivu en RD Congo.
“Nous avons pris le temps de parler au roi pour qu’il fasse sortir ces gens mais le roi a refusé d’obéir. La seule solution était de prendre d’assaut le palais et de le faire sortir pour sa propre sécurité”, a précisé le porte-parole…

“Le roi a parlé ce matin avec le président Museveni qui lui a donné deux heures pour dissoudre sa garde, ce qui est impossible. Nous lui avons dit que le royaume n’avait rien à voir avec les séparatistes de la république de Yiira”, a déclaré de son côté le porte-parole du roi, Clarence Bwanbale, par téléphone depuis le palais où il s’était réfugié avec le souverain.

L’armée a annoncé l’arrestation de 139 personnes. Dimanche soir 27 novembre, le calme était précaire, des patrouilles quadrillaient la ville de Kasese. Cette région fait régulièrement l’objet de tensions surtout depuis les élections de février. La frontière congolaise, toute proche, en fait un sujet d’autant plus sensible. Ce dimanche matin, la police ne liait pas les rebellions congolaises à ces violences.
D’autres attaques ont eu lieu de manière sporadique dans la région et un véhicule de la police a été brûlé. Selon les forces de l’ordre, ces attaques ont été « minutieusement préparées » et les assaillants seraient bien équipés notamment de « pistolets » et de « grenades ».

La police lie ces différentes attaques à la volonté de cette région de créer un royaume indépendant de l’Ouganda. Les violences dans cette région sont régulières et ont ressurgi, cette fois-ci, avec les élections de février.

Le président ougandais Yoweri Museveni a officiellement reconnu le royaume en 2009. Mais le conflit ethnique et politique a continué, nourri d’un sentiment de déclassement des populations locales.

Le royaume Rwenzururu est une monarchie traditionnelle basé près des monts Rwenzori, à cheval sur la frontière entre l’Ouganda et la RD Congo, dont les membres sont de l’ethnie bakonzo, présente dans les deux pays.
La monarchie s’est transformée en mouvement séparatiste lorsque les Bakonzo ont proclamé leur royaume en 1962. Les troubles avaient pris fin en 1982 avec le dépôt des armes par les militants séparatistes en échange d’une autonomie locale.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.