Don't Miss

Gabon: l’opposition déterminée à barrer la voie à Bongo

By on June 25, 2016

Trois principaux membres de l’opposition ont appelé vendredi tous les gabonais à contrer la candidaturedu chef de l’Etat à la présidentielle du 27 août 2016.

L’ancien président de l’Assemblée Guy Nzouba Ndama, l’ancien président de la commission de l’Union africaine,Jean Ping, et l’ancien gouverneur de la Banque des Etats d’Afrique centrale, Casimir Oye Mba ont invoqué des “doutes” sur l’état-civil de Ali Bongo Ondimba.

Le 18 juin dernier, sur la chaîne de télévision généraliste francophone TV5 Monde Afrique, Guy Nzouba Ndama a émis des doutes quant à la filiation du président de la République et, partant son éligibilité. «J’avais toujours pensé qu’Ali Bongo Ondimba était le fils d’Omar Bongo. Mais vous savez, nous sommes des Bantu et chez les Bantu, l’enfant appartient beaucoup plus à celui qui l’a élevé, qu’à son géniteur. Donc à ce titre, j’étais convaincu qu’il était véritablement l’enfant d’Omar Bongo Ondimba », a-t-il plaidé.

Ces trois candidats au scrutin ont estimé que le président de la République est un enfant, né au Nigéria, et adopté par son prédécesseur Omar Bongo Ondimba. Ali Bongo ne peut donc, selon eux, être président.

Ils ont évoqué l’article 10 de Constitution qui stipule qu’une personne “ayant acquis la nationalité gabonaise ne peut se présenter comme candidat à la présidence de la République”.

“Nous convions chaque Gabonais et chaque Gabonaise à adresser, dès à présent, une lettre à la commission électorale pour s’opposer à la candidature d’Ali Bongo et exiger sa disqualification du processus électoral”, ont-ils déclaré.

Les trois opposants au régime était reçus par la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap).

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.