Don't Miss

Burundi: sanglante embuscade à Bujumbura

By on December 5, 2015

vendredi 4 décembre, le convoi de Christophe Manirambona, chef du bureau chargé des unités spéciales, a été attaqué près du centre-ville de la capitale Bujumbura, alors qu’il se rendait à une réunion.

Trois assaillants ont été tués et deux autres arrêtés vendredi à Bujumbura après avoir tendu une embuscade à Christophe Manirambona, un haut responsable de la police qui n’était pas dans son véhicule.

La voiture transportant l’officier n’a pas été touchée, mais une autre voiture du convoi a reçu un tir de RPG brisant les vitres du véhicule. Deux assaillants ont été tués dès les premières ripostes tandis qu’un troisième a été abattu alors qu’il tentait de prendre la fuite vers le quartier voisin.

Les assaillants étaient habillés d’uniformes de l’API, la police responsable de la protection des institutions, au dessus de leurs vêtements civils. Il n’est pas inhabituel de voir des hommes en uniforme participer à des attaques au Burundi.
Mais selon un cadre du Service national de Renseignement (SNR), les assaillants étaient des “civils déguisés en policiers” et non des membres de l’API.

Christophe Manirambona, surnommé “Wakenga” dirige le bureau chargé des unités spéciales soit l’API mais aussi la BRIJ (Brigade d’investigation judiciaire) et la BAE (Brigade anti-émeutes) responsables des fouilles et arrestations dans les quartiers contestataires de la capitale. Il est un des hommes-clés de la répression des six semaines de manifestations contre le 3e mandat du président Nkurunziza, déclenchées fin avril par l’annonce de sa candidature, puis des violences désormais armées qui se sont intensifiées depuis la réélection controversée du chef de l’Etat en juillet.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.