Don't Miss

RCA: Samba-Panza en appelle à la paix

By on February 13, 2014

La présidente de la Transition, Catherine Samba-Panza, a déclaré que les milices appelées anti- Balaka avaient “perdu le sens de la mission” et sont devenus “ceux qui tuent, qui pillent, qui sont violents.”

Cathérine Samba-Panza veut aller en guerre contre les anti-Balakas, “ceux qui tuent, qui pillent, qui sont violents.”

Il n’y a presque plus de musulmans en RCA. Amnesty International a qualifié la situation de “nettoyage ethnique”. Ce que refute à raison Madame Samba-Panza. “Je ne pense pas qu’il y ait d’épuration confessionnelle ou ethnique. Il s’agit d’un problème d’insécurité”, a-t-elle estimé.
Hors de question toutefois pour la présidente de transition d’accepter l’idée d’une partition : « J’ai réaffirmé ma forte volonté de ne pas céder un seul pouce du territoire centrafricain qui a toujours été uni, laïc. »

Le pays a sombré dans le chaos depuis le coup d’Etat en mars 2013 de Michel Djotodia, chef de la coalition rebelle Séléka à dominante musulmane. Ce dernier été contraint à la démission par la communauté internationale le 10 janvier pour son incapacité à empêcher les tueries entre ex-Séléka et milices anti-balaka, qui ont entraîné un exode de civils musulmans, essentiellement vers le Tchad et le Cameroun voisins.

Les anti-balaka (milices d’autodéfense à dominante paysane sont composées d’anciens militaires des forces armées centrafricaines, et d’autres groupes de tous bords) se sont révoltés contre l’ex-rebellion qui se livrait aux exactions de toutes sortes sur la population civile. Depuis peu, certains médias étrangers les apparentent à une milice chétienne. Peut-être pour donner plus de relief à leurs informations.

Jusqu’à présent, les militaires étrangers ne sont pas parvenus à mettre fin aux violences meurtrières et aux pillages.

Selon l’ONU, 1,3 million de personnes, soit plus d’un quart de la population de Centrafrique, ont besoin d’une assistance alimentaire immédiate. Le Programme Alimentaire Mondial de l’ONU (PAM) a lancé un pont aérien massif d’approvisionnement en nourriture pendant un mois entre Doaula au Cameroun et Bangui, avec le premier vol à destination de la capitale centrafricaine mercredi .
Un total de 1800 tonnes de céréales sera livré dans les prochaines semaines.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.