Don't Miss

RCA: les violences continuent

By on February 10, 2014

Les musulmans de Centrafrique seraient en nette éradication. Des quartiers entiers se sont complètement vidés de leur population musulmane. Leurs maisons sont systématiquement démolies.
Et les conséquences seraient dramatiques pour l’économie du pays. C’est en tout cas ce que certains observateurs laissent penser, à l’instar de Peter Bouckaert, directeur de Human Rights Watch, qui a déclaré que le départ des musulmans pourrait affecter l’économie, puisque ces derniers contrôlent le marché du bétail et d’autres entreprises.

Dix personnes sont mortes ce week-end dans la capitale dont un député de la transition malgré la présence des 5. 400 soldats de la Misca et des 1. 600 soldats français de l’opération Sangaris.

Le commandant de la Misca, le général camerounais Martin Tumenta Chomu a menacé samedi les groupes armés de recourir à la force pour arrêter assassinats, lynchages et pillages qui se poursuivent à Bangui et en province en toute impunité. “Je demande à tous les hors-la-loi de déposer les armes, à tous les ex-FACA (forces armées centrafricaines, armée régulière) de rester cantonnés. Sinon, ils seront considérés comme des hors-la-loi, des bandits et trouveront en face d’eux les forces de la Misca pour mettre un terme à leurs agissements” a-t-il déclaré lors d’un point de presse.

Des dizaines de milliers de musulmans ont déjà fui au Cameroun voisin et le Tchad.

Le procureur de la Cour pénale internationale Fatou Bensouda a ouvert une enquête préliminaire sur des possibles crimes de guerre en RCA.

Face à ces violences sans fin, l’exode des musulmans de la capitale s’est encore poursuivi samedi avec un nouveau vol rapatriant des ressortissants tchadiens à N’Djamena.

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a débuté hier dimanche par N’Djamena, une nouvelle tournée axée notamment sur la poursuite de l’action militaire de la France pour stabiliser la Centrafrique.

Après N’Djamena, il se rendra lundi et mardi en République du Congo puis mercredi à Bangui, où il rencontrera les forces françaises et africaines et s’entretiendra avec Mme Samba Panza et les autorités de transition. Cette dernière a rencontré
M. Sassou Nguesso, médiateur dans la crise centrafricaine.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.