Don't Miss

RCA: le Tchad partisan de l’ex-Séléka?

By on February 6, 2014

Certains éléments tchadiens de la Misca, la force africaine déployée en Centrafrique seraient de mèche avec des éléments de l’ex-rebellion Séléka. Mais cela ne semble pas être un secret pour personne car depuis le début des affrontements entre populations et membres présumés des Séléka, le Tchad (qui a toujours refuté ces allégations) a toujours soutenu la rebellion et la population musulmane.

D’après l’ONG Human Rights Watch et avec l’appui de nombreux témoignages recueillis: “Des éléments tchadiens de la Misca sans autorisation de l’état-major ont évacué des chefs de l’ex-Seleka de Bangui et de Bossangoa pour les libérer…” C’est le témoignagne de Peter Bouckaert, directeur des urgences de Human Rights Watch.
Pour le responsable de l’ONG, les Tchadiens ne sont pas sous le contrôle de l’état-major de la force africaine. « Leurs actions sont hors du mandat de la Misca, donc c’est important qu’ils soient suspendus de la mission et que l’on enquête sur leurs actes ».

A Yaloké et à Bossembélé, des éléments tchadiens de la Misca, ont semé la terreur en tirant sur les populations chrétiennes.

A Bangui, la Misca affirme que les soldats tchadiens en question n’appartiennent pas à la force de paix et que ses membres auraient été la cible d’embuscades à Yaloké et Boali au cours desquelles ils auraient perdu trois hommes.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.