Don't Miss

Mali: le médiateur part pour Bamako

By on June 12, 2013

Djibrill Bassolé, le chef de la diplomatie du Burkina Faso, pays médiateur dans la crise malienne, est parti mercredi pour Bamako.

Il tentera d’arracher l’accord des autorités maliennes au compromis conclu avec les rebelles touareg occupant Kidal, dans le nord du Mali.
Djibril Bassolé est accompagné de diplomates de l’ONU, l’UA, l’UE et de la France, qui appuyent les négociations engagées à Ouagadougou depuis le week-end dernier.

“La délégation s’entretiendra avec le président malien par intérim Dioncounda Traoré pour lever les derniers blocages”, a indiqué à l’AFP l’un des membres de la délégation.

Un accord a pour but de permettre un retour de l’armée malienne à Kidal, jusque-là refusé par les mouvements armés touareg, dans la perspective de la présidentielle prévue le 28 juillet dans tout le Mali.

Selon une source proche du pouvoir malien citée par l’AFP, l’accord pourrait être conclu mercredi ou jeudi.
Les Touareg acceptent

La délégation conjointe du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), se dit prête à signer l’accord en l’état.

“Notre disponibilité à aller vers la paix est totale”, a déclaré à BBC Afrique Mahamadou Djeri Maïga, vice-président du MNLA, et président de la commission conjointe de négociation MNLA-HCUA.

“La médiation et la communauté internationale nous ont convaincus par la méthode proposée. Si cette méthode est appliquée à la lettre, il n’y aura pas de bavures” de l’armée malienne, a-t-il estimé.

“Les éléments du MNLA et du HCUA seront cantonnés avec leurs armes”, a indiqué Mahamadou Djeri Maïga. Selon lui, les élections peuvent se tenir a Kidal le 28 juillet prochain.
Fabius optimiste

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a salué comme un “un bon texte” le projet d’accord.

Dans un interview à France 2 mercredi, Laurent Fabius a dit espérer la signature de l’accord dans la journée.

“Le Mali, bonne nouvelle! Les bases d’un accord de réconciliation sont réunies, elles sont sur la table”, a déclaré M. Fabius.

“J’ai vu le texte hier, qui est un bon texte, et j’espère, si possible, qu’aujourd’hui même, il sera signé”, a-t-il dit, précisant que le Premier ministre par interim Diango Cissoko avec lequel il s’est entretenu mardi par téléphone, ne réclamait que des modifications “marginales”.

BBC.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.