Don't Miss

RCA: François Bozizé signe deux décrets

By on March 21, 2013

Le premier décret supprime le couvre-feu à Bangui. Cela signifie que les barrages érigés dans la capitale centrafricaine par les milices favorables au gouvernement seront supprimés.

Le deuxième concerne la libération de toutes les personnes arrêtées, détenues ou condamnées depuis le 15 mars 2012.

Ces deux décisions visent à calmer la tension de ces derniers jours entre autorités centrafricaines et Séléka. Le mouvement rebelle avait donné dimanche 72 h au gouvernement pour répondre à onze

revendications, faute de quoi il reprendrait les armes.

On ne sait pas si la signature de ces deux décrets permettrait d’éloigner le spectre de la reprise des attaques du groupe armé qui menaçait aussi de marcher sur la capitale. Les populations de Bangui

vivent sous la peur et l’angoisse, certains habitants ont commencé à déménager selon des témoignages recueillis sur place par le correspondant de la BBC.

Ces inquiétudes sont renforcées par les interrogations autour des autres demandes de la Séléka concernant notamment l’intégration de 1000 à 2000 de ses combattants au sein de l’armée et le

départ des troupes étrangères non régionales.

Sur cette question le porte-parole de la présidence centrafricaine Gaston Makuzangba a affirmé jeudi sur la BBC que l’accord politique de Libreville prévoit que « les états de la CEEAC ouvriront le

dialogue avec le gouvernement centrafricain pour le retrait progressif des troupes non communautaires » .Il s’agit des soldats sud africains déployés dans le pays.

Par ailleurs, le Conseil de sécurité des Nations unies a condamné les dernières attaques de la Séléka. La rébellion centrafricaine avait opéré le 11 mars dernier une offensive dans les villes de Gambo et

de Bangassou au Sud du pays, après celle contre la localité de Sido au Nord fin février.

Les 15 ont également appelé gouvernement, Séléka et opposition démocratique à « respecter de bonne foi » les accords de paix de Libreville signés le 11 janvier dernier.

BBC.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.