Don't Miss

RCA: Birao n’est plus aux mains de la rébellion

By on December 4, 2010

Birao, la ville à l’extrême nord-est de la Centrafrique aux confins du Tchad et du Soudan, n’est plus aux mains des rebelles centrafricains de la CPJP. La Convention des patriotes pour la justice et la paix reconnaît qu’elle a dû se retirer mais affirme rester aux alentours de la ville où selon elle les accrochages se poursuivaient le 3 décembre. Alors que le gouvernement centrafricain annonce 65 tués du côté des rebelles, la CPJP ne reconnaît que 4 morts.

« On a perdu la bataille mais on ne baisse pas les bras » Bevarrah Lala, le porte-parole de la CPJP (Convention des patriotes pour la justice et la paix) reconnaît que le groupe rebelle a dû quitter la ville, sous le feu des bombardements des avions tchadiens des troupes au sol. Selon différentes sources, l’armée tchadienne est venue du Nord : près de trois cents hommes, une quarantaine de véhicules dont des blindés. Les accrochages semblent avoir eu lieu à l’extérieur de Birao, et non pas en pleine ville.

D’après les premiers témoignages indirects, le 3 décembre, on ne voyait pas de cadavres dans les rues. Mais une source humanitaire, n’exclut pas qu’il y ait eu des civils tués en périphérie, notamment lors des bombardements par les chasseurs Sukhoï tchadiens. Des pillages sont également signalés. Une organisation humanitaire a été totalement dévastée. Ce n’est pas forcément l’œuvre des rebelles, précise une source indépendante.

Après une semaine passée en brousse, sans eau potable, sans nourriture digne de ce nom et sans soin, la population de Birao commence à rentrer. Un des deux médecins de l’hôpital a été tué. Les humanitaires redoutent à présent des opérations de représailles contre de civils. Ils redoutent aussi que l’insécurité ne persiste puisque les rebelles sont encore aux alentours de la ville, empêchant les paysans d’aller cultiver leurs champs.

RFI.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.