Don't Miss

Madagascar: grand festival de poésie

By on December 9, 2010

A compter de ce mercredi 8 décembre 2010 et jusqu’à samedi 11 décembre, la Grande Île accueille quatre jours de poésie, le festival « Slam national », dans différents centres culturels d’Antananarivo. A mi-chemin entre la poésie, la joute oratoire et la performance, le slam est un genre nouveau à Madagascar et le succès est grandissant.

Pour cette troisième édition, une quarantaine de slameurs-poètes sont venus de toute l’île pour déclamer leurs textes. Lors d’une répétition, Olivar Piso, Mioura, Korias et Priaki, sélectionnés pour représenter l’Alliance française d’Antanarivo, ont dit en cœur : « Dans le slam, on est présents, on représente. L’un dit salam, l’autre dit shalom ».

Ces slameurs, d’une vingtaine d’années se retrouvent pour des scènes ouvertes. Le principe est simple : chacun déclame son texte devant un public, sans contraintes dans les thèmes, comme dans la forme. Pour Homery, étudiant et slameur depuis quatre ans il s’agit « d’une liberté essentielle. Faire sortir ce que je ne peux pas dire tous les jours. Donc, parler tout haut de ce que je pense tout bas, dans mon coin. C’est ce que j’aime dans le slam, en fait ».

Ce souffle de liberté poétique gagne aussi les provinces. Les villes de Sainte-Marie, Sambava ou encore Tuléar seront représentées au festival. Selon Mohamed Ali, président de l’association Madagaslam, le slam s’apparente à la poésie traditionnelle : « Il y a plusieurs genres de poésie malgache. Tout cela fait partie de l’art oratoire malgache. Il y a une convergence, les gens s’y retrouvent. Et c’est cela qui fait que ça marche bien à Madagascar ».

Durant ces quatre jours, des conférences, des spectacles et des ateliers auront lieu en plusieurs endroits de la capitale. L’occasion pour chacun de prendre la plume et de monter sur scène.

RFI.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.