Don't Miss

Côte d’Ivoire: la longue journée des trois médiateurs

By on December 29, 2010

Pas de communiqué final, pas de déclaration publique. Après deux rencontres avec Laurent Gbagbo et une rencontre avec Alassane Ouattara, les trois présidents mandatés par la Cédéao ont quitté mardi soir, 28 décembre 2010, Abidjan pour Abuja. Leur mission était de tenter de convaincre Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir sinon une force ouest africaine pourrait être mise en place pour installer Alassane Ouattara au pouvoir. Retour sur la longue journée des présidents béninois Boni Yayi, sierra-léonais Ernest Koroma et capverdien Pedro Pires.

Si la diplomatie est souvent un art de préserver le mystère et les trois chefs d’Etat revenaient à Abidjan dans les prochains jours, tout porte à croire que la journée marathon de mardi n’a pas eu l’effet escompté.
Au palais présidentiel, Laurent Gbagbo aurait, selon nos informations, produit à ses visiteurs ses preuves démontrant que son maintien au pouvoir n’est pas usurpé. A l’hôtel du Golf, Alassane Ouattara aurait, d’après l’un de ses proches, réitéré son offre de laisser son rival partir sans poursuite et avec la garantie qu’il bénéficiera de son statut d’ancien chef d’Etat.
Si lors des huis clos respectifs, les deux hommes ont peut-être tendu une main en direction de leur adversaire, ils ont également serré le poing. D’après plusieurs sources, Alassane Ouattara a fait savoir à ses trois visiteurs que si Laurent Gbagbo n’accepte pas très vite son offre, son adresse à la Nation du 31 décembre sera moins conciliante.
Par le biais de ses ministres, Laurent Gbagbo a lui aussi fait monter la pression. Tout d’abord le porte-parole de son gouvernement a déclaré qu’Abidjan se réservait le droit de mettre fin à la mission des ambassadeurs des pays qui reconnaîtront les diplomates nommés par Alassane Ouattara. Et, après avoir annoncé qu’il reportait son grand meeting prévu ce mercredi 29 décembre, Charles Blé Goudé a lui promis sur un ton très martial de lancer très bientôt l’assaut final pour la libération totale de la Côte d’Ivoire.
Un convoi de l’ONUCI a été attaqué mardi matin à Yopougon. Ce n’est pas le premier incident du genre mais le plus grave. Un casque bleu du Bangladesh a été blessé à la machette et un véhicule de l’ONUCI a été incendié. Il a fallu l’intervention du chef d’état-major des armées, le général Mangou pour calmer les assaillants.

RFI.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.