Don't Miss

Cameroun/Banque Mondiale: un prêt de 14 milliards accordé

By on December 31, 2010

Ce financement est destiné entre autres à améliorer l’accès des populations à l’eau potable.

Il s’agit en fait d’une espèce de rallonge. Et le projet qui bénéficie de ce financement additionnel date de 2008. Il y a donc deux ans, le gouvernement camerounais s’était engagé à améliorer le cadre de vie des populations en zone urbaine et notamment l’accès à l’eau potable. Il met élabore alors le projet de développement des secteurs urbains et de l’approvisionnement en eau.
Des lors, le projet se fixe trois principaux objectifs: renforcer les capacités des élus locaux et accompagner la décentralisation; procéder à des aménagements urbains notamment dans des quartiers précaires et permettre ainsi que les populations aient accès aux services de base que sont la santé, l’eau potable…; soutenir le partenariat public privé des services urbains d’eau. Quelques villes sont retenues: Yaoundé, Douala, Bamenda, Mbalmayo, Maroua…
Sollicitée, La banque mondiale à travers l’Association internationale de développement (Ida), débloque un premier financement de 80 millions de dollars américains, soit environ 40 milliards de francs Cfa. Ce financement trouvé, la première phase du projet peut démarrer.

Selon le ministre camerounais de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) Louis Paul Motaze, signataire de l’accord côté camerounais, la crise économique mondiale a obligé les responsables du projet à réorienter certaines de ses composantes. Conséquence, des coûts supplémentaires sont induits. L’accord signé hier par les deux parties est donc une réponse à ce gap de financement.
«Ce financement vient à point nommé. Car nous allons entre autres, construire un nouveau décanteur sur le Nyong qui va permettre d’augmenter la capacité de production d’eau potable à Yaoundé, nous allons aussi réaliser des branchements sociaux.» expliquait Basile Atangana Kouna, directeur général de Camwater.
Le financement additionnel va aussi permettre de réhabiliter d’autres infrastructures de base telles que les routes, les voiries principales, l’éclairage public, ainsi que l’énonçait Faustin Ange Koyasse qui représentait Barton-Dock, la directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Cameroun.

In Mutations.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.