Don't Miss

Cameroun: Paul Biya et la presse étrangère

By on December 7, 2010

Alors que des broutilles sont distribuées à l’ensemble de la communication au Cameroun, des milliards engraissent des journaux anodins en Europe.

Christine Duclos a depuis quelques années ses entrées au palais d’Etoudi. Cette étincelante commerciale, auréolée pompeusement du titre de Directrice centrale, pointe à Difcom, l’ «Agence internationale pour la diffusion de la communication», un des démembrements du groupe de presse «Jeune Afrique» que préside Béchir Ben Yahmed. Quand son collègue François Soudan, le Directeur de la rédaction de «Jeune Afrique» passe dans un pays, il ouvre les portes des présidences des républiques de ses articles à la tonalité particulière, et Christiane Duclos peut aller quelques temps après, signer avec les plus hautes autorités des contrats «pour veiller sur l’image» du chef de l’Etat au niveau international.

En mi novembre dernier, Christine Duclos était lasse d’emprunter les ascenseurs des Services du Premier ministre Philémon Yang où personne ne semblait disposer à s’intéresser à son charme et à écouter ses doléances ; elle décide de frapper plus haut, à Etoudi où ses contacts sont intacts. La collaboratrice de Ben Yahmed cherchait des pressions au sommet fin d’obtenir pour le compte de «Jeune Afrique», le paiement d’une facture de 650 millions de francs Cfa. Cette somme, reconductible chaque année depuis quatre ans, est versée au groupe de Béchir Ben Yahmed. En contre partie, la rédaction de «J.A» produit des articles «honnêtes  pour informer l’opinion internationale sur les efforts que fourni le Cameroun pour s’arrimer à la modernité et pour le bien être des Camerounais», pour reprendre l’expression d’un conseiller à la présidence de la République.
Pour le contrat en cours, dans sa livraison du 16 au 22 mai, «J.A» a consacré 9 pages au Cameroun. Ce spécial Cameroun pour les 50 ans d’indépendance du pays, trois détentes ont été rédigées : «Paul Biya de A à Z», «Que reste t-il d’Ahidjo» et «paroles des Camerounais». La précédente livraison consacrée à l’Opération Epervier, faisait du chef de l’Etat tout simplement «Mr Propre».

Le problème
Jusque là, tout baignait dans une huile douce entre «J.A» et le gouvernement camerounais quand, dans la version en ligne du journal panafricain du 27 juillet 2010, le journaliste Georges Dougueli, tout en utilisant des euphémismes, accuse le Premier ministre, Philémon Yang, «d’inertie et d’immobilisme», notamment dans les dossiers de la nouvelle compagnie aérienne qui tarde à décoller, ou encore le projet de la centrale hydroélectrique de Lom Pangar qui ne semble pas fonctionner au rythme attendu. Jules Doret Ndongo, le secrétaire général des Services du Pm est considéré tout bonnement comme un «produit de Jean Marie Atangana Mebara, ancien Sg/pr actuellement incarcéré à la prison de Kondengui».
«Le Comice agropastoral d’Ebolowa ne fait pas mieux, devenant, avant même d’avoir eu lieu, la fête agricole la plus chère de l’histoire du Cameroun indépendant. Annoncé par le président lors de son discours du 31 décembre dernier, le Comice aura bien du mal à se tenir avant la fin de 2010, comme cela était prévu». Pour le «J.A», là encore, le Premier ministre ne semble pas avoir fait montre d’une brillance qu’on serait en droit d’attendre de lui. Toutes ces attaques sont considérées à l’immeuble Etoile comme «inamicales» pour un gouvernement qui verse chaque année 650 millions de francs à un journal pour entretenir son image. Conséquence, sauf meilleur avis de la haute hiérarchie, personne là-bas n’est disposé à remettre le chèque à Christine Duclos.

«J.A» n’est pas seule dans la presse étrangère à bénéficier des largesses de la présidence de la République en direction de la presse étrangère surtout. Chaque fois que les stratèges de la communication présidentielle estiment que le chef de l’Etat doit communiquer, les médias étrangers sont retenus dans le casting. Ils sont souvent des plus inconnus, des plus insignifiants qui, au lieu de porter l’image aux cimes, contribuent à la baisser. Que peut représenter pour une personnalité influente dans des milieux sélectes, des titres comme «La Baule+», «L’Essentiel» ou encore «Les Afriques» ? C’est curieusement dans ces publications sans audience, sans classe, sans référence que le président Biya choisi pour passer ses messages et se faire présent dans les milieux internationaux qui comptent.
En matière d’aide à la presse, le Cameroun est parmi les derniers pays africains qui donnent un coup de pouce à son développement. Les publi-reportages que le Cameroun paie à l’extérieur à coup de milliards par an, sont pourtant des modes de financements que certains pays retiennent pour la promotion de leurs médias. En matière d’aide directe à la presse, le Libéria accorde chaque année 1,5 milliard çà sa presse, le Gabon 1 milliard de francs Cfa, le Maroc près de 4 milliards et le Cameroun… 150 millions de francs Cfa. Sans commentaire.

In Mutations.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.