Don't Miss

Zimbabwe: le torchon brûle à nouveau entre Mugabe et Tsvangirai

By on October 13, 2010

Morgan Tsvangirai, le Premier ministre du Zimbabwe, a accusé le président Mugabe de violer la Constitution ainsi que l’accord de partage du pouvoir signé en 2009. L’objet du litige concerne la nomination de plusieurs ambassadeurs par le chef de l’Etat, sans consultation de son Premier ministre, tel prévu par l’accord de partage adopté en février 2009. Morgan Tsvangirai se dit même « écœuré ».

Cette fois, le président et son Premier ministre se divisent sur la nomination de plusieurs ambassadeurs. Le chef du gouvernement Morgan Tsvangirai demande aux Nations unies, à l’Union européenne, à l’Italie, à la Suisse, à la Suède et à l’Afrique du Sud, de ne pas reconnaître les ambassadeurs que Robert Mugabe veut mettre en place.

L’accord de partage du pouvoir adopté en 2009, prévoit un consensus au sein de la coalition avant toute nomination importante. Et c’est la deuxième fois, en l’espace de quelques jours, que cet accord est battu en brèche.

La dernière fois, Robert Mugabe a choisi tout seul là encore, dix gouverneurs provinciaux et cinq juges. Morgan Tsvangirai s’est alors dit « écœuré » par l’attitude du président. Il a parlé de trahison, et il lui a écrit pour lui demander de revenir à l’ordre constitutionnel tel que prévu dans l’accord de février 2009.

Mais pour le moment, Morgan Tsvangirai n’envisage pas de quitter le gouvernement. Il l’a encore redit le 11 octobre.

RFI.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.