Don't Miss

Mauritanie : sept djihadistes passibles de la peine de mort

By on October 20, 2010

Le procureur a requis la peine de mort contre sept djihadistes qui comparaissent depuis le 17 octobre devant la Cour criminelle de Nouakchott. Accusés d’appartenir au groupe djihadiste « Ansar Allah » , lié à al-Qaïda au Maghreb islamique, ils sont notamment jugés pour avoir tué un policier lors d’une fusillade à Nouakchott en 2008. Le verdict devrait être rendu ce mercredi 20 octobre.

Pour l’interrogatoire des prévenus, le 18 octobre, l’ambiance était électrique : une salle comble, et des accusés amenés un par un dans le box pour éviter tout débordement. Habitué aux coups d’éclat, Khadim ould Slimane avait captivé l’audience par une véritable harangue de quarante-cinq minutes dans laquelle il revendiquait la fusillade et prônait le djihad.

Le mardi 19 octobre, le public était moins nombreux et l’atmosphère plus calme. Et c’est ensemble, à douze dans le box, que les prévenus ont écouté le procureur requérir la peine capitale pour cinq d’entre eux, plus deux autres jugés par contumace.

Seule réaction vive, celle de Khadim ould Slimane : « Nous allons prendre le pouvoir et te couper la tête » a-t-il affirmé, menaçant le procureur. Déjà condamné à mort pour l’assassinat de quatre Français, Sidi ould Sidna est resté impassible. Marouf ould Haiba, lui, a souri. Vingt-ans de prison ont été requis pour les sept autres accusés présents.

Qu’ils plaident, immobiles ou faisant les cent pas, qu’ils parlent, cinq ou trente minutes, les douze avocats qui se sont ensuite succédés ont développé les mêmes arguments : aucune preuve physique n’a été présentée devant la Cour. Le parquet, base certes ses accusations sur des aveux contenus dans les procès-verbaux de la police mais selon les prévenus, ces aveux ont été extorqués sous la torture.

Par ailleurs, on ne peut condamner des hommes que sur de actes, non pour des idées soulignent plusieurs avocats. Adhérer aux thèses djihadistes si on ne commet pas de crime n’est pas condamnable, précisent-ils. Or, à l’exception d’ould Semane et d’ould Sidna, tous les accusés ont nié avoir participé à la fusillade. Le verdict est attendu ce 20 octobre dans la journée.

RFI.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.