Don't Miss

La Minurcat a quitté le Tchad

By on February 3, 2010

La Mission des Nations unies menée par le général Patrick Cammaert est repartie du Tchad le soir du lundi 1er février. Elle était venue discuter avec le gouvernement tchadien de sa demande de retrait de la Minurcat. Une demande formulée par note verbale au Conseil de sécurité de l’ONU. Les deux parties avaient annoncé la semaine dernière leur intention de faire une déclaration conjointe avant le départ de la mission. Mais finalement cela n’a pas été le cas.

La délégation onusienne a proposé deux scénarios à ses homologues tchadiens. Soit un retrait immédiat. A partir du 15 mars, date de la fin de son mandat, la Mission des Nations unies ne s’occuperait plus que d’organiser le départ de ses employés. Le gouvernement tchadien reprendrait alors toutes les missions de sécurisation dévolues à la Minurcat dans l’est, depuis la sécurisation de camps jusqu’à l’escorte des humanitaires.

Soit, second scénario, le retrait serait plus progressif. Avec une période de transition permettant à la Minurcat de terminer certains de ses projets et au gouvernement tchadien de reprendre à sa charge petit à petit chacun des volets gérés par les Nations unies.

Autrement dit, l’ONU poursuivrait ses programmes de lutte contre le sida et de promotion des droits de l’homme : entre autres, réhabilitation des prisons, formation des juges de paix et sensibilisation quant aux violences faites aux femmes.

Lors des discussions, les deux parties semblaient plutôt d’accord pour favoriser le scénario numéro 2. Le maintien de ces programmes, dit-on côté tchadien, ne peuvent être que bénéfique à l’est du pays. Avec un bémol, si les civils peuvent rester le temps de les mener à bien, les militaires, eux, doivent partir.

Un point sur lequel la délégation onusienne n’a pas voulu transiger. Le personnel civil onusien doit être protégé par un contingent militaire onusien, ont-ils répondu aux tchadiens. Loin de parler d’un désaccord, les deux parties concluent simplement que le général Patrick Cammaert devait repartir pour en référer au Conseil de sécurité et aux Etats membres.

RFI.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.