Don't Miss

La CEDEAO ferme face aux crises régionales

By on February 17, 2010

Lors du sommet de la CEDEAO qui s’est tenu mardi 16 février à Abuja au Nigeria, les dirigeants ouest-africains ont estimé que les processus de démocratisation sont en recul dans la région malgré une certaine amélioration de la sécurité. Face aux crises politiques notamment au Niger, en Guinée et Côte d’Ivoire, les dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ont prôné la fermeté.
En l’absence des représentants du Niger et de la Guinée, les deux pays suspendus de la CEDEAO, les treize autres dirigeants de l’organisation sous-régionale n’ont pas chômé et se sont séparés sur ce constat : malgré une certaine amélioration de la sécurité, les processus de démocratisation sont en recul dans la région, relève le communiqué final du sommet d’Abuja. Les participants souhaitent que les efforts pour accompagner ces processus soient intensifiés.

Sur la table, presque tous les dossiers concernaient des pays en crise ouverte ou larvée : la Côte d’Ivoire, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Niger et le Togo.

Le sommet a salué les efforts déployés pour permettre à la Guinée de restaurer l’ordre constitutionnel. Les chefs d’Etat de la CEDEAO demandent à tous les responsables de la transition à Conakry de ne pas se présenter à la présidentielle prévue dans moins de six mois et lancent un appel à la communauté internationale pour qu’elle accompagne la Guinée dans sa tentative de sortie de crise. Quant aux processus électoraux en Côte d’Ivoire et au Togo, le sommet d’Abuja demande aux classes politiques ivoirienne et togolaise de respecter les accords qu’elles ont signés.

RFI.

About AfricaTimes

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.